decoupe logo IMBE
Bandeau haut IMBE

English


Rechercher

sur ce site

Partenaires

Logo tutelle AMU Logo tutelle CNRS
Logo tutelle IRD Logo tutelle UAPV

Accueil > Pages personnelles > Juliet Abadie > Recherche

Recherche

Thématique de recherche

par ABADIE Juliet - 17 novembre 2016

Sujet de recherche doctorale :

Trame forestière et biodiversité floristique : rôles de la connectivité et de l’histoire

Après des siècles de déforestation, la forêt est en forte progression à l’échelle nationale depuis le début du XIXe siècle, et ce d’autant plus en région méditerranéenne. Ainsi, on peut distinguer deux types de forêts selon leur continuité temporelle : les forêts anciennes, qui ont conservé leur état boisé depuis plusieurs siècles (référence de 150 ans en France), et les forêts récentes, développées au cours des 150 dernières années. Ces deux types de forêts sont caractérisées par des différences en terme de caractéristiques physico-chimiques des sols mais également de flore herbacée. En effet, de nombreuses plantes forestières spécialistes ont des capacités de migration très limitées et l’empreinte écologique des anciens usages agricoles en forêt est marquée, ces deux facteurs limitant l’installation de ces espèces en forêts récentes. L’effet de l’ancienneté de l’état boisé sur la flore et les sols forestiers ont été largement étudiés en région tempérée, très peu en région méditerranéenne.

Dans ce contexte, l’objectif général de cette thèse est d’analyser l’évolution du couvert forestier et l’impact de la continuité temporelle, de la connectivité et de la qualité des habitats forestiers sur la dynamique spatiale de la flore forestière en région méditerranéenne.

Un premier volet consiste à analyser l’évolution spatio-temporelle du couvert forestier depuis 1860 à partir de la comparaison entre la carte d’Etat-major (1860) et les cartes actuelles (2010). Il s’agit notamment de caractériser la configuration spatiale des forêts récentes par rapport aux forêts anciennes et de comprendre les facteurs de changement du couvert forestier, en testant l’effet de variables naturelles (topographie, géologie) et humaines (démographie).

S’appuyant sur les acquis de ce premier volet, un second volet a pour but de préciser les différences écologiques entre les forêts anciennes et les forêts récentes, à la fois sur le plan des propriétés physico-chimiques des sols, de la flore (espèces et traits de vie des espèces) et des caractéristiques spatiales (taille, répartition).

Un troisième et dernier volet porte sur une analyse de la réponse de la flore forestière à la connectivité forestière actuelle et passée et s’intéresse en particulier aux déterminants de la recolonisation des fragments récents par les espèces spécialistes des forêts anciennes, notamment l’âge de la tâche et son degré d’isolement. Ce volet vise également à quantifier la dette d’extinction et le crédit de colonisation des communautés floristiques en réponse aux changements spatio-temporels des modes d’occupation du sol.

Ce travail a pour objet d’étude le Parc Naturel Régional du Luberon (PNRL) et repose sur l’exploitation de la carte de l’occupation du sol de 1860, digitalisée à partir de la carte d’Etat-Major par le PNRL en 2011, ainsi que l’analyse de données floristiques et pédologiques recueillies sur le terrain au cours de l’année 2015 et de données issues de bases de données floristiques existantes (SILENE et IFN).

Rattachement ED251
Direction : Dr Thierry Tatoni (IMBE)
Co-direction : Dr Laurent Bergès (IRSTEA)

Thèse financée par une demi-bourse Région PACA et par IRSTEA

IRSTEA - RECOVER

Juliet Abadie