6 axes thématiques

IMBE abolit les limites traditionnelles entre domaines continental et marin.
Les activités de recherche se structurent autour de six axes thématiques majeurs qui recoupent les trois grands domaines d’organisation spatio-temporelle des systèmes écologiques.

Les processus macro-évolutifs régissent la diversité du vivant sur des pas de temps allant de quelques siècles à quelques millions d’années, et sur des espaces suprarégionaux ; ils correspondent aux niveaux des reconstitutions phylogénétiques, de l’évolution des systèmes biologiques, de la mise en place des faunes et des flores, des patrons biogéographiques.
La compréhension de tels processus nécessite en priorité d’interroger le passé avec différents degrés de résolution, depuis la génétique des populations actuelles jusqu’aux processus de spéciation et/ou d’évolution des plans d’organisation des organismes, et de traduire les résultats obtenus en matière de patrons biogéographiques et de phylogénie du vivant.
Deux axes seront particulièrement explorés dans ce domaine :

Les processus interactifs et associatifs se déroulent sur des espaces infrarégionaux avec des pas de temps moyens allant de la décennie à plusieurs siècles. C’est à ce niveau que les populations interagissent pour se constituer en communautés et que les associations se font ou se défont et génèrent des changements dans les patrons écologiques au cours des successions ou en réponse aux perturbations. C’est à ce niveau que seront préférentiellement abordées l’écologie des populations, l’écologie des communautés, l’écologie trophique, du groupe d’individus jusqu’au paysage.

Dans le contexte thématique de l’IMBE, c’est aussi à ce niveau que l’accent sera mis sur la vulnérabilité des systèmes écologiques, leur conservation et/ou leur restauration en liaison directe avec les pressions anthropiques et les orientations de gestion.
La vulnérabilité sera donc préférentiellement explorée dans ce cadre spatio-temporel, suivant deux types d’approches complémentaires :

Les Processus fonctionnels et micro-évolutifs concernent des espaces réduits et sans véritable dimension temporelle car ils sont, soit instantanés, soit ils s’étudient en continu. C’est le niveau d’expression des relations entre les différents compartiments de l’écosystème (comme par exemple les relations sol/plante), des adaptations écophysiologiques aux stress environnementaux, de l’identification des marqueurs précoces des perturbations (particulièrement de nature écotoxicologiques) et de l’élaboration de processus bio-technologiques permettant d’optimiser la gestion des ressources. Ces processus fonctionnels étant abordés dans le cadre de fonctions de réponse à des déséquilibres environnementaux, ils correspondent aussi aux prémices des processus évolutifs en interagissant avec la sélection naturelle. Ces approches des processus fonctionnels seront focalisées autour de deux axes thématiques principaux :