Biosketch

Mes travaux de recherche s’inscrivent dans les domaines de l’écologie de la conservation et de la restauration.
Plus particulièrement, je m’intéresse aux effets du ré-ensauvagement de grands herbivores sur la flore et l’entomofaune en comparaison avec le pâturage par des herbivores domestiques et l’abandon des terres sur les pelouses sèches de moyenne montagne.
En effet, les changements climatiques et d’utilisation des terres, tels que la déprise agricole, ont entraîné une diminution de la biodiversité et notamment celle des milieux ouverts et semi-ouverts ainsi que des fonctions écologiques qui en découlent. Afin de pallier à ces déclins, la volonté a été grandissante de restaurer ces habitats et ces fonctions, en se tournant parfois vers la restauration passive (« laisser-faire » la nature) ou le ré-ensauvagement (« rewilding » - le fait de réintroduire ou d’introduire des espèces ingénieurs ou clés de voûtes).
Le ré-ensauvagement est de plus en plus médiatisé, cependant, peu d’études font état des ressemblances, des différences et de leurs explications, entre les effets de la restauration et du ré-ensauvagement.
Ainsi, mon travail est centré sur la comparaison et la compréhension des points clés de la restauration écologique et du ré-ensauvagement.