Contexte scientifique et institutionnel

La création de l’IMBE répond aux besoins de résultats de recherches tenant compte des réalités scientifiques et socio-économiques concernant en particulier le biome en crise qu’est le domaine côtier, et des interactions continent/mer. Elle répond aux objectifs affichés par le CNRS, l’IRD et permet de se positionner efficacement par rapport aux appels à projets internationaux.

L’IMBE est d’abord issu de l’association de deux unités (UMRs IMEP et DIMAR) qui émargent pour une part importante de leurs activités aux mêmes disciplines, qui ont des problématiques communes et qui partagent les mêmes corpus théoriques. Toutefois, cette association est renforcée par l’intégration d’une équipe explorant les relations « environnement et santé » (EA 1784 « Biogénotoxicologie et mutagénèse environnementale ») de manière à établir un continuum depuis les déséquilibres écosystèmiques jusqu’aux dysfonctionnements perceptibles en santé humaine.

Projet scientifique et institutionnel

L’objectif général de ce nouvel institut est de permettre l’expression du potentiel « aix-marseillais » en écologie, de manière à développer une approche intégrative et interdisciplinaire (i.e. écologie globale) sur le continuum Mer-Continent-Société. Plus précisément, il s’agit d’analyser les problèmes des effets :

  • de l’anthropisation (notamment l’urbanisation) qui modifie l’équilibre délicat des zones littorale et côtière (y compris les îles) et des bassins versants,
  • de la pollution (eaux usées, embruns, ETM du sol,…),
  • des changements climatiques sur ces écosystèmes fragilisés.

L’IMBE rassemble ainsi un potentiel de recherche fort dans les domaines clés de la biodiversité, de l’évolution et de l’écologie. Il représente aussi la possibilité de développement de thématiques en biologie fondamentale.

L’IMBE ambitionne de contribuer à une meilleure gestion des ressources naturelles et chercher à réconcilier les thematiques de la biodiversité et des humanités.

DIMAR et l’IMEP fournissent déjà des experts écologues (entre autres spécialistes de la biodiversité ou systématiciens) aux services des collectivités locales et territoriales, des professionnels (PRIDES Industries Culturelles et Patrimoine, PRIDES Eco-entreprises), des réserves naturelles, des parcs régionaux et nationaux méditerranéens.

Ces Unités sont impliquées dans le Pôle Mer PACA, le Pôle Risque, le Pôle Eau et le Comité Consultatif Régional de la Mer (CCRM). Elles sont aussi reconnues au plan international (Europe, UNEP, UNESCO), ce qui fait de l’IMBE un partenaire incontournable de la Gestion Intégrée de la Zone Côtière (GIZC), mais aussi de la mise en place des trames vertes et bleues, ainsi que des stratégies régionale et nationale de la Biodiversité.

L’MBE est adossé à quatre tutelles (Aix-Marseille Université, CNRS, IRD, Université d’Avignon) et regroupe plus de 250 personnes se répartissant dans 14 équipes et explorant 6 axes scientifiques majeurs, et se retrouvant autour d’un axe transversal dédié au transfert des connaissances pour la gestion de la biodiversité.

Trois quarts des chercheurs sont aussi des enseignants, positionnant l’IMBE comme une structure prépondérante dans les formations en biologie et écologie, portant des parcours et des spécialités dans les domaines des sciences de l’environnement, de l’écologie et de la biologie (aussi bien en milieux continental que marin).

Les 3 unités fondatrices