Thierry Orsière

JPEG - 117.4 ko
Thierry Orsière
@Imbe_2018

Ingénieur de Recherche hors classe, HDR
Responsable de l’équipe 6 Biomarqueurs, Environnement, Santé
Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie Marine et Continentale (IMBE)
Aix Marseille Université, CNRS, IRD , Avignon Université
Faculté de Médecine, Campus Timone,
27, Bd Jean-Moulin
13385 Marseille cedex 05
France
courriel : thierry.orsiere - at - imbe.fr
Tel : +33 (0)4 91 32 45 71

Biosketch

Thierry Orsière, Ingénieur de Recherche à Aix Marseille Université est spécialisé Toxicologie Génétique tant en recherche académique qu’en expertise à visée réglementaire. Il est responsable de l’équipe 6 Biomarqueurs, Environnement, Santé au sein de l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE, AMU / CNRS / IRD / Université d’Avignon).

Thierry Orsière s’est spécialisé en Toxicologie Génétique au lendemain de son PhD en pharmacologie, en 1995. Ses travaux scientifiques l’ont conduit à obtenir une Habilitation à Diriger les Recherches (HDR) en 2007 sur le thème de la distinction des pertes et des cassures de chromosomes. Il s’est ensuite mis en disponibilités de ses fonctions universitaires pendant près de 3 années pour prendre la responsabilité d un département de Toxicologie Génétique et in Vitro au sein d’un Centre International de Toxicologie préclinique contractuelle, CiToxLab. Cette expérience lui a permis de connaitre l’exercice de la Toxicologie dans un cadre réglementaire, dans le respect du référentiel qualité « Bonnes Pratiques de Laboratoires ». Dans la cadre de ces fonctions, Thierry Orsière a fait pour la première fois l’expérience du Management d’une large équipe, et de la conduite des tests in vitro ou de toxicologie génétique sous lignes directrices de l’OCDE et en fonctions de la réglementation correspondant à la destinée des composés à évaluer (Médicaments, cosmétiques, phytosanitaires, chimie...).

Depuis 2011, Thierry Orsière a rejoint son Université d’Origine (AMU). Il participe ou coordonne de multiples projets de recherche qui adressent le potentiel génotoxiques de poussières et de particules (y compris de nanoparticules) ou encore le developpement de biomarqueurs de mutation génique chez l’Homme. Dès 2013, il a été nommé co-responsable d’une des 14 équipes de l’IMBE lors du précédent plan quinquénal. En 2018, il a pris la responsabilité de l’équipe Biomarqueurs, Environnement, Santé constitué de 25 enseignants-chercheurs et chercheurs dont 5 praticiens-hospitaliers à l’AP-HM, de 9 personnels ITFR, et de 2 post-doctorants, de 8 thésards et de nombreux étudiants en master M2.

S’agissant de ses thématiques de recherche, Thierry Orsière s’investit dans deux problématiques principales. La première consiste en la caractérisation du potentiel génotoxique de particules diverses et variées, allant des poussières de sols aux nanoparticules en passant par les particules atmosphériques. La seconde consiste à développer des biomarqueurs de mutagenèse applicables à la surveillance d’hommes et de femmes exposés, qu’il s’agisse d’expositions iatrogènes, professionnelles ou environnementales.

CV

Thierry Orsière, Ph.D, HDR
54 ans, Nationalité Française, Vie Maritale, 2 enfants
Responsable de l’équipe « Biomarqueurs, Environnement, Santé » (BES)
Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et terrestre (IMBE)
Aix Marseille Université, UMR CNRS 7263 / IRD 237, Avignon Université
Faculté de Médecine, 27, Bd Jean Moulin, 13005 Marseille - France
Tel : (+33) 4 91 32 45 71 ; email

TITRES UNIVERSITAIRES

1996-2007 : Habilitation à Diriger les Recherches, 10 décembre 2007, Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II), spécialité sciences biologiques pharmaceutiques. « De l’intérêt de distinguer cassures et pertes de chromosomes dans le cadre de l’application du test des micronoyaux à la détermination de la génotoxicité in vitro et aux programmes de biosurveillance ».
1991-1995 : Doctorat de l’Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II), 29 juin1995, pharmacologie.
1990-1991 : DEA de Pharmacocinétique Fondamentale et Clinique, Aix-Marseille II
1989-1990 : Maîtrise de Biochimie, Université Aix-Marseille I

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

11/2017 - en cours : Ingénieur en Biologie (Ingénieur de Recherche, hors classe), IMBE (AMU / CNRS / IRD / Avignon Université), Faculté de Médecine, Aix Marseille Université.
10/2014 – 11/2017 : Ingénieur en Biologie (Ingénieur de Recherche, 1er classe), IMBE (AMU / CNRS / IRD / Avignon Université), Faculté de Médecine, Aix Marseille Université.
06/2011 – 03/2014 : Ingénieur en Biologie (Ingénieur de Recherche, 2e classe), IMBE (UMR CNRS 7263 – IRD 237), faculté de Médecine de Marseille, Aix Marseille Université.
10/2008- 05/2011 : Responsable du département toxicologie génétique & in vitro (Oct. 2008 – Nov. 2009) puis du département de Toxicologie Génétique et Court Terme (Nov 2009 - Mai 2011) au Centre International de Toxicologie (CIT), Evreux, France.
01/2006 – 09/2008 : Ingénieur en Biologie (Ingénieur de Recherche, 2e classe), Laboratoire de Biogénotoxicologie et Mutagenèse Environnementale, Faculté de Médecine de Marseille, Université Aix-Marseille II.
1997-2005 : Ingénieur d’Etudes (IGE 2e classe), Laboratoire de Biogénotoxicologie et Mutagenèse Environnementale (EA 1784), Faculté de Médecine de Marseille, Université Aix-Marseille II.
1994-1997 : CDD – RF : contrats à durée déterminée en personnel ITRF (plusieurs contrats successifs de TCH, AI, IE ou IR aux Laboratoires de Pharmacie Clinique (Faculté de Pharmacie de Marseille) puis de Biogénotoxicologie et Mutagenèse environnementale (EA 1784)(Faculté de Médecine de Marseille), Université Aix-Marseille II.
1994-1994 : Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche en Biophysique (ATER).
1992-1994 : Stagiaire de Recherche Laboratoires SERVIER (bourse de thèse), protocole PHA 780-011 FRA, Faculté de Pharmacie, Marseille. Janvier 1993 - Avril 1994.
1990-1994 : Chargé de cours de Biologie Cellulaire (20h/an) et de Microbiologie (14h/an), CNAM.

Télécharger Mon CV en pdf

TILT

par ORSIERE Thierry

TILT est un projet soutenu par le Labex SERENADE

TILT (qui permet le recrutement du post-doctorant de 24 mois démarrant en juin 2018) consiste en l’étude de la cytotoxicité/génotoxicité de diverses nanoparticules faisant chacune l’objet d’une « étude de cas » coordonnées par le Labex SERENADE. Ce projet est collaboratif et pluridisciplinaire. Il regroupe notamment des physico-chimistes en charge de la conception ou de la modification de nanoparticules ainsi que de leurs caractérisations dans différents milieux, et des biologistes en charge de l’évaluation des réponses de différents systèmes biologiques exposés aux nanoparticules natives et modifiées. Ce projet se fera en collaboration étroite avec le CIBEST (Equipe Chimie Interface Biologie pour l’Environnement, la Santé et la Toxicologie, UMR SyMMES CEA – CNRS – UGA ) sur Grenoble , Le CEREGE sur Aix-en-Provence, et plus ponctuellement en liaison avec l’unité de Toxicologie Expérimentale (INERIS, Verneuil en Halatte), ainsi qu’avec les partenaires des « études de cas » fournissant les nanomatériaux dont la génotoxicité est à documenter.
Contenu du projet :
Le TILT est transverse à plusieurs « études de cas » : Safetypaint, Saquado, Ecosun, Emballages, Agnanowires. Dans ces différentes études de cas, des nanoparticules entrent dans un processus d’écoconception visant à optimiser les propriétés du matériau final tout en diminuant dangers et risques pour la santé et pour l’environnement.
L’objectif du projet TILT consiste à développer des protocoles de criblage à haut débit des effets cyto- génotoxiques de nanomatériaux et de leurs produits de transformation, sur la base d’un nombre limité de nanoproduits. A l’IMBE, il s’agira dans un premier temps de mettre en place le test de mutation génique PIG-A in vitro sur un modèle de cellules sanguines humaines dont le choix fera l’objet de la toute première phase de mise au point. Les analyses de cytométrie en flux auront lieu au sein de la plateforme AMUTICYT (VRCM, UMR AMU INSERM). Cette méthodologie PIG-A se fera en concertation avec des études de cytotoxicité et des études de génotoxicité basées notamment sur une approche High Content Analysis réalisée dans l’équipe CIBEST (tests in vitro des comètes et des micronoyaux, γH2aX). Dans un second temps, 2 à 3 nanoparticules de chacune des « études de cas » seront sélectionnées en vue de leur évaluation génotoxique. Il s’agit d’un programme de recherche ambitieux qui a pour but, entre autres, de développer un test de mutation génique basé sur une analyse de la fréquence de cellules déficientes en GPI (et donc mutées sur le gène PIG-A) par cytométrie en flux. La stratégie haut débit d’analyse de lésions primaires de l’ADN (comètes, γH2aX), de mutations géniques (PIG-A) de mutations chromosomiques (micronoyaux) veut s’inscrire en toxicologie prédictive mais également être à la base d’une stratégie d’évaluation du potentiel mutagène in vitro des particules en toxicologie réglementaire. Le but est de produire une méthodologie permettant de proposer une stratégie d’écoconception lors du développement de nanomatériaux.
Le projet global comporte différentes tâches :
- Ecoconception de nanoparticules dans les différentes études de cas ;
- Caractérisation de ces nanoparticules et de leurs comportements en milieu biotique ;
- Mise en place des études de génotoxicité à haut débit par HCA et cytométrie en flux
- Validation des méthodologies sur quelques nanoparticules issues de chaque « études de cas »

TRANSAT

TRANSAT is an international project funded par H2020 (NRFP-14) .
TRANSAT (TRANSversal Actions for Tritium) is a 4-year multidisciplinary project that will contribute to improving the knowledge on tritium management in fission and fusion facilities. It will aim to address the challenges related to tritium release mitigation strategies and waste management improvement, and refine knowledge in the fields of radiotoxicity, radiobiology, and dosimetry.
TRANSAT involves 18 partners coming from 8 country. TRANSAT duration is 48 months (2017 - 2021).

The project aims to achieve 3 strategic objectives :
- TRANSAT will focus on technologies that will help reduce tritium permeation during the conceptual phase of nuclear reactors or devices.
- Tritiated waste management will aim to be improved through innovative measurements that assess both tritium inventory and profile, and through improved mitigation concepts in the case of tritium release above the acceptance criteria of the storage facility.
- Investigations will aim to improve the knowledge in the fields of radiobiology, dosimetry, radiotoxicology, genotoxicology and ecotoxicology, and of the environmental consequences in the case of contamination by tritiated products.