Ville, nature… on défriche ! allégresse, désillusion et résilience

Jeudi 27 novembre 2014 de 9h00 à 18h00 aura lieu la 2ème journée « De cet endroit » à la Friche la Belle de Mai :

« Ville, nature... on défriche ! allégresse, désillusion et résilience »

Les journées « De cet endroit » rassemblent écologues, architectes, urbanistes, paysagistes, artistes, étudiants et habitants autour d’une réflexion sur les relations ville-nature. Elles proposent de créer une communauté de pensée dans la réflexion sur la ville de demain et la métropole marseillaise et, devenir force de proposition. Elles sont organisées par le groupedunes sur une initiative de Thierry Tatoni, écologue et directeur de l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale, Stéphane Hanrot architecte
et directeur du laboratoire PROJECT[s] et du département de la recherche doctorale de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille, Isabelle Rault paysagiste agence HetR et Madeleine Chiche et Bernard Misrachi artistes.

L’objectif de la logique de réaménagement portée par les lois récentes (loi Alur 2014) est de limiter l’étalement urbain pour préserver les territoires agricoles et naturels, et éviter la dégradation environnementale qu’entraine cet étalement. En compensation, et pour permettre la création de nouveaux logements et activités, la loi ouvre à la densification les territoires déjà urbanisés : des centres villes au périurbain, y compris les grands ensembles, les zones commerciales et industrielles et le pavillonnaire.
L’Etat promeut une densification « douce » qui voudrait préserver la structure existante des tissus urbains concernés et, autant que possible, améliorer la qualité de vie et le développement durable.

Mais peut-on croire que la densification ne réduira pas les espaces libres où la nature se réinvente ?
La minéralisation de la ville existante ne sera-t-elle pas une conséquence inévitable de cette densification ? Dans ce contexte, comment la relation ville-nature peut-elle se négocier au profit d’une intelligence écologique de la densité ? dans les centres urbains comme dans les lieux en mutation ? Car si nous sommes d’accord pour préserver le milieu naturel et agricole hors des villes, il ne faudrait pas couper l’être humain
de la nature en ville.

Notre hypothèse est que les solutions viendront d’initiatives singulières et pratiques habitantes qui déjà émergent çà et là. Initiatives qu’il nous faut reconnaître et collectivement promouvoir.

Nous souhaitons que cette journée s’articule autour de divers « témoignages » relatifs à des pratiques ou initiatives sur des espaces privés ou publics de « nature » en ville. Dans cette optique, vous serez invités à livrer vos expériences et points de vue permettant ainsi de nourrir le sujet d’une multiplicité de voix.
Voir le programme du 27 Novembre 2014

Inscription et Contact :
Uniquement sur inscription, merci de réserver (si ce n’est déjà fait) auprès de : Elise Henguelle (06 15 37 47 53)

Venez nombreux !

Les actes de la 1ère journée De cet endroit « Ville, nature... Marseille entre deux, Marseille entre elles 2 ? »du 19 novembre 2013 sont téléchargeables en suivant ce lien