decoupe logo IMBE
Bandeau haut IMBE

English


Rechercher

sur ce site

Partenaires

Logo tutelle AMU Logo tutelle CNRS
Logo tutelle IRD Logo tutelle UAPV

Accueil > Pages personnelles > Benoit Geslin

Benoit Geslin

JPEG - 9.1 ko

Maître de Conférences

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie Marine et Continentale (IMBE)
IMBE UMR CNRS 7263, IRD 237
Aix Marseille Université Campus Sciences St Jérome
Avenue Escadrille Normandie Niémen
13397 Marseille cedex 20
Tel : 04.91.28.89.17

Contact
Benoit Geslin


Bio

Keywords : Pollination, Landscape Ecology, Continuity, Networks, Taxonomy (Apoidea)

I am a researcher working on the interaction between plants and pollinators. I work at the interface between urban, agricultural and semi-natural environments and I study the impact of anthropogenic perturbations on plant-pollinator networks from the local to the landscape scale.

I try to develop innovative and integrative approaches through in situ and controlled experimentations with a particular focus for potential application regarding biodiversity management.


Thématiques de recherche

A travers mes travaux de recherche en Ecologie et en Ecologie de la pollinisation, je m’intéresse aux abeilles sauvages et aux réseaux d’interactions qu’elles forment avec les plantes à fleurs.
J’ai pour objectif de comprendre comment les perturbations d’origines anthropiques modifient la structure des communautés d’abeilles sauvages et quelles en sont les conséquences pour la reproduction et le maintien et l’évolution des communautés végétales.

Il y a plus de 20 000 espèces d’abeilles sauvages dans le monde et près de 1 000 en France métropolitaine. Pourtant, ces abeilles sauvages sont relativement peu connues et peu étudiées alors que leur rôle dans la pollinisation des cultures et le maintien de la flore sauvage est d’importance majeure.
L’accroissement de la population et des activités humaines a entrainé une fragmentation des espaces naturels, c’est à dire une diminution de leurs tailles et une isolation spatiotemporelle des taches d’habitats favorables. Cette fragmentation est principalement le résultat de l’intensification agricole et de l’urbanisation et semble être une des principales causes du déclin de la biodiversité en général, et des pollinisateurs en particulier. Mon travail se centre donc sur l’étude des effets des perturbations anthropiques (principalement ceux associés à la perte d’habitat donc ici à l’urbanisation et à l’intensification agricole), sur la richesse et l’abondance des abeilles sauvages et sur leurs relations avec les plantes à fleurs.

Urbanisation et abeilles

JPEG - 2.2 Mo

L’urbanisation des milieux est la cause principale de la fragmentation des habitats en Région PACA. Dans des contextes péri-urbains et urbains, j’étudie l’impact des structures spatiales de l’échelle du paysage (en termes de composition et de structure) à l’échelle locale sur les réseaux d’interactions plantes-pollinisateurs.
Je m’intéresse aux continuités écologiques et cherche à comprendre comment ces continuités écologiques, le long de gradient urbains-ruraux, peuvent aider à la conservation ou à la restauration de la fonctionnalité du service écosystémique de pollinisation.

Intensification agricole et abeilles

JPEG - 68.4 ko

Un des défis majeur de l’agro-écologie est d’optimiser les services écosystémiques en préservant l’environnement. Pour nourrir une population humaine croissante, il faut donc trouver des méthodes permettant d’accroître la production tout en diminuant les impacts humains sur la biodiversité. Sur ces questions, je travaille en partenariat avec l’Afrique du Sud et avec l’Argentine autour de la pollinisation des Manguiers (Afrique du Sud) et des Poiriers et Pommiers (Argentine).
Nous cherchons à comprendre comment les méthodes d’agriculture durable peuvent préserver l’abondance ou la richesse de pollinisateurs tout en améliorant la productivité des cultures.

Les espèces introduites

Je m’intéresse de plus en plus à l’effet des espèces introduites sur la diversité des abeilles sauvages et aux potentielles modifications que cela entraine sur les réseaux d’interaction plantes pollinisateurs. Je travaille ainsi dans des milieux à fort taux d’endémisme comme en Patagonie sur l’effet du Bourdon terrestre (Bombus terrestris) sur une espèce locale de Bourdon (Bombus dahlbomii) dont l’aire de répartition est en fort recul. Je m’intéresse également depuis peu, aux effets des introductions de pollinisateurs sur la diversité d’abeilles sauvages dans les milieux urbains et périurbains.


Activités d’enseignement

Je dispense des cours en Écologie, en Écologie du paysage, en Statistiques et dans les Unités d’Enseignements de Diversité du Monde Vivant.

J’interviens en Licence, Master 1, Master 2 recherche et Master 2 professionnel à l’Université Aix Marseille.

Je suis basé à la Faculté de St Jérôme ou je donne la majorité de mes enseignements mais j’interviens également sur les sites de l’Arbois à Aix, de St Charles et de Luminy à Marseille.


Publications

Submitted
Geslin B., Aizen M. A., Garcia N., Le Féon. V., Pereira A. J., Vaissière B. E., & L. A. Garibaldi. Management practices to enhance pollination and fruit production in Apples and Pears. Agriculture Ecosystems and the Environment. Submitted

Flacher F., Hansart A., Geslin B., Dajoz I. & Raynaud X. Does competition with wind-pollinated species alter Echium plantagineum attractiveness to a common pollinator, Bombus terrestris ? Ecological Entomology Submitted

2017
Geslin B., Gauzens B., Baude M., Dajoz I., Fontaine C., Henry M., Rollin O., Thébault E., & N.J. Vereecken. Massively Introduced Managed Species and their consequences for plant-pollinator interactions. Advances in Ecological Research 57:147-199 http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0065250416300563

Guiller C., Affre L., Deschamps-Cottin M., Geslin B., Kaldonski N., & Tatoni T. To cross or to avoid : how do butterfly communities perceive utility-scale solar energy ? Energy policy
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ep.12626/full#

2016
Geslin B., Le Féon V., Folschweiller M., Flacher F., Motard E., Carmignac D. & I. Dajoz. Impact of local floral composition and landscape context on the structure of pollinator communities along an urbanization gradient. Ecology and Evolution. http://onlinelibrary.wiley.com/wol1/doi/10.1002/ece3.2374/citedby

Geslin B., Oddie M., Folschweiller M., Legras G., Seymour C. L., F.J. Frank van Veen & Thébault E. 2016. Spatiotemporal changes in flying insect abundance and their functional diversity as a function of distance to natural habitats in a mass flowering crop. Agriculture, Ecosystems & Environment 229 : 21-29 http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0167880916302560

Geslin B., Le Féon V., Kulhman M., Vaissière B. & I. Dajoz. The bee fauna of large parks in downtown Paris, France. 2016. Annales de la société Entomologique de France. DOI : 10.1080/00379271.2016.1146632 http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00379271.2016.1146632?journalCode=tase20

2015
Geslin B., & C. Morales. 2015. New records reveals geographic expansion of Bombus terrestris ; an invasive species in Argentina. 2015. Checklist 11 : 3-5

Motard E., Dusz S., Geslin B., Akpa-Vinceslas M., Hignard C., Babiar O., Clair-Maczulajtys D. & A. Michel-Salzat. 2015. How invasive populations of Ailanthus altissima transform the trophic structure in a temperate forest ecosystem. Biological Invasions. doi : 10.1007/s10530-014-0838-3

2014
Geslin B., Baude M., Mallard F. & I. Dajoz. 2014. Effect of local spatial plant distribution and conspecific density on bumble bee foraging behaviour. Ecological Entomology 39 : 334-342

2013
Geslin B., Gauzens B., Thébault E. & I. Dajoz. 2013. Plant pollinator networks along a gradient of urbanisation. PLoS ONE 8(5):e63421 doi:10.1371/journal.pone.0063421

Publications Naturalistes

2016
Le Féon V., Geslin B., Al Hassan D., Aviron S., Dufrêne E., Genoud D., Guilbaud L., Guilloux T., Houdédry L., Jégat R., Paris D., Requier F., & B. Vaissière. 2016. Connaissance des abeilles sauvages dans le Massif armoricain : données apportées par trois programmes de recherche des années 2000. Invertébrés Armoricains 13 : 31-51