La bioraffinerie : une opportunité pour valoriser la biomasse végétale

Valoriser la biomasse végétale : résidus agricoles (bagasse de canne à sucre, pulpe de café, grignons d’olives), plantes invasives (jacinthe d’eau), grâce à la bioraffinerie (biocarburants, biomolécules)

Bioraffinerie : Transformer des fléaux en opportunité : un système intégré économiquement viable et énergétiquement autonome
theme2 theme3 theme1 theme2  theme2  theme2 theme1  theme2 theme1

Les bioraffineries sont des installations qui transforment la biomasse en biocarburant, chaleur et puissance (bioénergie), ainsi qu’en produits chimiques à valeur ajoutée, biomatériaux, produits destinées à l’alimentation humaine, animale, etc.
Le concept de bioraffinerie est d’optimiser la valorisation de toutes les composantes des agro-ressources. Il s’agit d’une transformation durable de la biomasse en énergie et une gamme de produits. En produisant plusieurs produits, une bioraffinerie peut optimiser la valeur qu’elle tire des matières premières. Par exemple, elle pourrait produire un produit chimique ou alimentaire à faible volume mais à haute valeur, en plus d’un carburant de transport en grosses quantités (comme le bioéthanol ou biogazole). De plus, il est possible de générer de l’électricité grâce à la chaleur dégagée par les processus de transformation.

La bioraffinerie de la jacinthe d’eau

En ce qui concerne une bio-raffinerie de la jacinthe d’eau, le fractionnement de la plante phyto-épuratrice permettrait l’obtention des racines (récupération des métaux puis compost), puis des feuilles (majorité cellulose) utilisées pour la production d’enzyme et/ou la production de biocarburant type bioéthanol. Le fractionnement des tiges permettra d’isoler l’hémicellulose, substrat pour l’obtention d’oligomères à valeur prébiotique et/ou des sucres en C5 à haute valeur ajoutée. La plante entière hors gabarit et l’ensemble des déchets permettront la production de biogaz et donc l’autonomie énergétique. Peuvent également se joindre la production de fibre absorbante à partir des plantes complète ou une activité artisanale (meubles, vanneries en autres) à partir des tiges.
Cette bioraffinerie regrouperait une unité de déshydratation (Absorbant, préparation des substrats pour les autres unités), une unité de production d’enzymes, une unité de production de biogaz, une unité de production de bioéthanol, une unité de production de molécules à haute valeur ajoutée, une unité de récupération des métaux.


Ecouter

Ecouter l’émission C’est pas du vent - 15 juin 2013
La jacinthe d’eau : un fleau écologique transformé en manne économique


Mexique : la fibre de jacinthe d’eau, une trouvaille à la pointe de l’écologie
http://www.rfi.fr/ameriques/20130615-fibre-jacinthe-eau-ecologie-environnement-petrole-pemex-mexique

Lire

Alternanthera philoxeroides et Eichhornia crassipes, deux espèces aquatiques potentiellement invasives en région PACA. Etat des lieux des populations et modélisation de leur niche bioclimatique potentielle actuelle et future. Master SET 1ere année. Spécialité Sciences de la Biodiversité et Ecologie.GUIGNARD Nicolas ; LADENT Emilie ; LE GUEN Lucie ; MARIANI Vincent. (2015)
PDF http://www.gt-ibma.eu/base-documentaire/rapports-memoires-et-theses/

Voir

La jacinthe pouvoir absorbant


Projets associés à la bioraffinerie de la biomasse végétale

Projets associés

Titre du Projet Pays Années Modèle
LIRIASA France, Espagne, Mexique 2009-2012 Jacinthe d’eau
Green Keeper Afrique Benin France Mexique en cours Jacinthe d’eau
LIRMEX Mexique France Aout 2015-juillet 2017 Jacinthe d’eau
ECOS-NORD Mexique France janvier 2014-décembre2017 Canne à sucre

Contacts IMBE

Isabelle Perraud-Gaime
Sevastianos Roussos
Anne Marie Farnet